blank

« TROVAORES » Antonio Placer Sextet invite Antonio Campos & Rafael Campallo

blank
Çeşme Kalesi
31.08.2021 - 21:30
31.08.2021 - 21:30

En collaboration avec IKSEV.

Dans le cadre du Festival International d’Izmir, l’Institut français de Turquie à İzmir et la fondation IKSEV invitent le « Antonio Placer Sextet », accompagné du chanteur flamenco Antonio Campos et du danseur flamenco Rafael Campallo, pour un concert consacré à leur projet “Trovaores”, le mardi 31 août à 21h30, à Çeşme Kalesi.

Billets en vente auprès de IKSEV  www.iksev.org

Antonio Campos chant et cajon
Pablo Suárez piano
Juan Antonio Suárez « Canito » guitarre
Jose Luis López violoncelle
Gabriele Mirabassi clarinette
Antonio Placer chant
Rafael Campallo danse flamenco

TROVAORES est avant tout l’histoire d’une rencontre au creux des Rías de Galice et des montagnes enneigées de Grenoble et Grenade. Six artistes, musiciens et chanteurs, qui prennent un immense plaisir à se retrouver ensemble sur scène pour créer une histoire musicale faire de normes et de transgressions et qui veulent le partager avec le public..
TROVAORES prendra la forme d’un spectacle à deux voix, puissantes, contrastées et complémentaires, soutenues par des musiciens d’horizons divers, une sorte de pont entre les Suds, entre les ici et les ailleurs.
Leurs arrangements nous font passer du flamenco le plus essentiel aux sonorités du jazz ou de la trova poétique hispanique ou galicienne apportant au spectacle une respiration et un rythme où chaque pulsion est un tribut à une profonde énergie syncrétique.
TROVAORES croise ainsi deux univers artistiques et poétiques portés par des voix profondes, rugueuses lorsque le duende oblige, tout en retenue lorsque l’émotion s’impose. Portés aussi par des textes d’où se dégagent une puissance rageuse et un engagement de tous les instants.
TROVAORES, c’est le duende en action et en interactions, car si le duende, est l’âme des « sons noirs », il est aussi l’esprit des rencontres.

Antonio Placer Chant

Chanteur, musicien, poète, compositeur, arrangeur, Galicien exilé en France, il fabrique une musique du monde et des chansons façonnées par les différentes vents qui l’ont porté tout au long de son parcours. De quel style, de quelle nature est sa musique? Difficilement classable….Il ne fait ni du flamenco, ni du jazz, ni du tango, ni de la musique classique. Son art est avant tout la scène qu’il investit de sa présence généreuse et engagée. Il a la sincérité d’un Jacques Brel, la colère d’un Léo Ferré et la passion révolutionnaire d’un Jean Ferrat. Son chant de tragédien frémissant embarque le public des scènes de France et d’ailleurs depuis vingt-quatre ans. Ses mots et sa présence bouleversent et prennent aux tripes… Il a composé plus de 20 créations originales sur les scènes nationales et internationales sur les scènes nationales et internationales de plus de 30 pays. Il a offert ainsi plus de 300 chansons au public de tous les continents. Il a publié 13 disques en collaboration avec des maisons de disques prestigieuses comme Le Chant du monde/ Harmonia Mundi. Son oeuvre poétique est publiée dans plusieurs pays, et écrite en quatre langues différentes : Galicien, Castillan, Français et Tamarindola (son espéranto personnel).

Antonio Placer explore de nouveaux territoires au-delà des frontières, des styles et du temps. C’est une voix unique, des chants d’ivresse où les mots se croisent et s’entrecroisent. Dans ses tournées nationales et internationales, il a partagé son art et composé ses spectacles avec des grands artistes comme : Fernando Suárez Paz (violoniste d’Astor Piazzolla), Renaud García-Fons, Steve Swallow, Paulo Bellinati, Carlo Rizzo, Elena Ledda, Angélique Ionatos, Amancio Prada, Rocío Marquez, Gabriele Mirabassi, Toninho Ferragutti, Jean-Marie Machado, Stacho Temelkovski, Jean-François Baez, Jorge « Negrito » Trasante, Cristina Azuma, Mauro Palmas.

Ses activités de « médiateur pour désapprendre les conditionnements qui nous empêchent d’être celui qu’on est par nature et depuis notre naissance » dans le domaine de la Voix/Voie/Vois et d’invention musicale l’ont amené à offrir son expérience à de nombreux amateurs et professionnels partout dans le monde.

Depuis septembre 2015, il est le directeur artistique de Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas de Grenoble.

Antonio Campos Chant « Nominé Latin Grammy Awards en 2020 »

Antonio Campos (Tarragone 1972) est né dans une famille andalouse émigrée en Catalogne, mais qui très vite après sa naissance retourne s’installer à Grenade. Dès le berceau, Antonio Campos s’initie au flamenco parmi les siens qui, sans être professionnels, sont de grands aficionados. Sa première passion fut la guitare qu’il apprit à Grenade auprès des plus grands maestros et qu’il pratiqua longtemps dans les tablaos avant de se tourner vers le chant qu’il avait appris à accompagner pendant presque dix ans.

C’est presque par hasard qu’il commence à chanter. Dans le disque Granà baila por Tangos, il fait une version de tangos qu’il avait entendus auprès d’une vieille gitane de Illora. A partir de là, il commence à chanter dans le tablao La Reina Mora au Sacromonte en 1997. Après un an et demi dans les différents Tablaos de Granade, il commence à se produire à Madrid dans des salles aussi prestigieuses que Casa Patas, Suristan, La Cuarta Pared, Galileo Galilei, Caracol, au Clamores. Commence alors pour lui une vertigineuse carrière qui l’amène à travailler sur les scènes internationales les plus importantes du monde (New York, Japon, Londres, Paris, Maison de la danse à Lyon, etc. auprès des plus grands danseurs et chorégraphes : Mario Maya, Antonio Canales, Rafaela Carrasco, Merche Esmeralda, Javier Barón, Manuela Carrasco, Isabel Bayón, Mercedes Ruiz, Rocío Molina, JAvier Latorre, Andrés Peña, Manuel Liñá, El Farru, La Moneta, Belén Maya, etc.

Très puissant, son Cante sait aussi se faire délicat et reflète une grande connaissance de la tradition. Il chante avec don de soi et témérité. Son premier disque, en 2009, en direct du Corral del Carbón à Grenade es unanimement salué par la critique. Il est aujourd’hui l’un des chanteurs les plus demandés pour l’accompagnement de la danse tout en menant parallèlement une carrière soliste reconnue par les plus grands festivals de flamenco, en particulier à Nîmes où il a offert un mémorable concert acoustique en 2010.

Rafael Campallo Flamenko dans 

Rafael Campallo est un danseur de flamenco né à Séville. À l’âge de 11 ans, il a commencé ses études de flamenco avec José Galván, une formation qu’il a ensuite élargie avec Manolo Marín. À l’âge de 16 ans, Rafael Campallo se produisait déjà en solo en tant qu’artiste invité en Espagne et au Japon. En 1992, il a rejoint le célèbre spectacle « Azabache » à l’EXPO universelle de Séville et a été sélectionné par María Pagés pour le spectacle « Tango », créé à la Biennale de Séville. En 1996, il a participé à « Por aquí te quiero ver » de Manuel Soler et « La Raíz del Grito » de Manuela Carrasco. Il a rejoint également la Compagnie de danse Andalouse, dirigée par Mario Maya.

En 1999, le nouveau directeur José Antonio l’intègre comme chorégraphe et premier danseur pour « Golpes de la Vida ». La même année, il remporte le Premio Desplante au Festival de Cante de Las Minas et commence à collaborer avec Vicente Amigo. Plus tard, il a commencé à participer à des œuvres telles que « Flamenco se escribe con jota » de Miguel Ángel Berna et a créé sa production « Puente de Triana » au Festival de Jerez 2010. Il a fait partie des artistes invités au gala de clôture à la Biennale de Séville en 2012.

Rafael Campallo est reconnus pour ses talents en tant que danseur flamenco. Récemment, il a participé au Festival de Flamenco de Mont de Marsan et au Théâtre National de Chaillot à Paris. Il revient tout juste d’une tournée réussie au Mexique, qui a eu lieu cet été 2021.

Trovaores est une co-production MC2 Grenoble et Musiques Créatives du Sud, avec le soutien de la Région Auvergne Rhône Alpes, la DRAC Auvergne Rhône Alpes, le Département de l’Isère, la Ville de Grenoble, Spedidam, Adami, SCPP, CNM.