IFT DÉBATS : NEJAD DEVRİM, UN PEINTRE D’ISTANBUL A PARIS

IFT - Konrad Adenauer Cad. No 30 - YILDIZ
13.12.2018 - 19:00

IFT CONFÉRENCE

IFT DÉBATS : NEJAD DEVRİM, UN PEINTRE D’ISTANBUL A PARIS

  • Jeudi 13.12, 19h
  • Conférence en français, traduction simultanée en turc
  • Entrée gratuite
  • Reservation : murat.celik@ifturquie.org

Intervenantes :

  • Clotilde Scordia
  • Avec la participation de Maria Devrim

Pourquoi une exposition Nejad ?

Né en 1923, Nejad fait partie de cette génération d’artistes Turcs contemporains de l’avènement de la République de Turquie. Formé à l’Académie des Beaux-Arts d’Istanbul, dans l’atelier du peintre français Léopold-Lévy, appelé à réformer l’enseignement des beaux-arts, Nejad prend part de 1940 à 1943 au groupe d’avant-garde des Nouveaux. Arrivé à Paris en 1946, la galerie Allard lui consacre dès l’année suivante sa première exposition personnelle. Il s’agit également de la première exposition d’un artiste Turc en France. Les grands critiques de l’époque (Léon Degand, Jacques Lassaigne et Julien Alvard…), le remarquent et loue son style, subtile synthèse entre héritage plastique ottoman et abstraction occidentale. Prenant part à l’aventure fertile de la Seconde École de Paris, Nejad est choisi par Sidney Janis en 1950 pour exposer dans sa galerie de New York à l’exposition « Young painters in US & France », aux côtés des futures stars de l’expressionnisme abstrait (Pollock, Kline, de Kooning…). En 1952, en réaction à la « crise des salons » et à la « querelle des abstractions », Nejad créé avec le critique Charles Estienne le salon d’Octobre qui accueille tout artiste sans distinction de médium et d’âge, qu’il soit abstrait ou figuratif. En 1968, alors que Paris a cédé depuis 1964 (date où pour la première fois un Américain, Robert Rauschenberg, obtient le Grand Prix de la Biennale de Venise) la place de capitale des arts à New York, Nejad quitte Paris pour la Pologne où il finira ses jours en 1995.

Biographie Maria Devrim

Née en Pologne, Maria Devrim est une héroïne de guerre, résistante active à l’occupation nazie en Pologne et combattante lors de l’insurrection de Varsovie en 1944. Elle arrive à Paris à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour se faire soigner d’une blessure de guerre, y vivre et apprendre le français. Diplômée de Sciences Po Paris, elle a travaillé dans des bureaux d’ingénieur-conseil pendant plusieurs années avant de prendre la direction de la galerie Valmay (22, rue de Seine) où elle expose des artistes de l’École de Paris, avec une prédilection pour les femmes artistes. Elle rencontre Nejad à Paris en 1946 et l’épouse en 1952.  Fidèle soutien de Nejad pendant toute sa vie, Maria Devrim n’a cessé de défendre et de présenter l’œuvre de Nejad en lui organisant des expositions en France et en Turquie.

https://www.franceinter.fr/emissions/la-marche-de-l-histoire/la-marche-de-l-histoire-14-juillet-2015

Clotilde Scordia

Clotilde Scordia a travaillé douze ans au catalogue raisonné de l’œuvre d’André Lhote. Dans le cadre de son Master à Paris-Sorbonne, elle s’est spécialisée sur les artistes Turcs de la Seconde École de Paris (monographie et catalogue raisonné sur Nejad puis étude sur l’École de Paris turque). En parallèle, elle continue d’écrire sur les artistes non-européens de la Seconde École de Paris, de travailler sur des catalogues raisonnés (Albert Bitran et Nejad) et d’écrire pour la presse ou des revues scientifiques.

 

blank blank blank