fbpx

AGENDA CULTUREL


Conférence : La constellation des lieux saints partagés en Méditerranée

Institut français à Istanbul
S’INSCRIRE
Institut français à Istanbul
18.04.2019 - 19:15

La question des identités religieuses est l’une des plus sensibles du XXIe siècle, avec une séquelle de contrastes, rivalités et antagonismes parfois violents. Dans certains des espaces partagés, la rencontre est marquée par une nette séparation des fidèles qui peut aussi se décliner en hostilité, tandis que dans d’autres, elle génère des situations de porosité et d’hospitalité interreligieuses.
Cette conférence s’inscrit dans le cadre de l’exposition Lieux saints partagés qui ouvre ses portes à Istanbul le 19 avril 2019 à Depo.

Conférence : La constellation des lieux saints partagés en Méditerranée

En Europe et en Méditerranée, la question des identités religieuses est l’une des plus sensibles du XXIe siècle, avec une séquelle de contrastes, rivalités et antagonismes parfois violents. Pourtant, depuis leurs origines, les trois monothéismes partagent des croyances, des pratiques, des figures tutélaires et des sanctuaires.

La fréquentation d’un même espace religieux par des fidèles de religions différentes ne va a priori pas de soi pour ceux qui ont foi en un dieu unique. Si les lieux de culte sont moins propices à cette cohabitation, certains sanctuaires génèrent au contraire des croisements entre juifs, chrétiens et musulmans. Caractérisés par une force spirituelle plus importante, ces lieux saints laissent libre cours à plus de dévotion individuelle et de créativité rituelle. Dans certains de ces espaces partagés, la rencontre est marquée par une nette séparation des fidèles qui peut aussi se décliner en hostilité, tandis que dans d’autres, elle génère des situations de porosité et d’hospitalité interreligieuses.

Cette conférence s’inscrit dans le cadre de l’exposition Lieux saints partagés qui ouvre ses portes à Istanbul le 19 avril 2019 à Depo. De précédentes versions ont été présentées au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille en 2015, puis au Musée du Bardo à Tunis, au Musée national de l’histoire de l’immigration à Paris, mais aussi à Thessalonique, Marrakech et New York. Dionigi Albera et Manoël Pénicaud, anthropologues au CNRS, en sont les commissaires.

Dionigi Albera est anthropologue, directeur de recherche au CNRS et membre de l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (CNRS, Aix-Marseille Université) qu’il a dirigé de 2006 à 2016.
Ses recherches concernent les espaces européen et méditerranéen et ont abordé plusieurs thématiques. Elles se sont en particulier concentrées sur les formes de mobilité spatiale ; les configurations de l’organisation domestique ; les cadres théoriques de l’étude anthropologique du monde méditerranéen ; les pèlerinages et les phénomènes de mixité dévotionnelle dans le contexte des religions monothéistes.
Il a à son actif plus de 20 livres (personnels ou dirigés), 33 articles dans des revues avec comité de lecture, 70 chapitres d’ouvrage. Un livre qu’il a co-dirigé sur les pèlerinages interconfessionnels en Méditerranée a été publié d’abord en français, puis traduit en espagnol, anglais et italien. Un autre livre a obtenu le Prix international Mario Rigoni Stern pour la littérature alpine.
Il a été membre du Comité National du CNRS pour la section 38 de 2010 à 2016. Il a également été membre du comité de direction du Laboratoire d’excellence LABEXMED (MMSH/AMU) et du comité scientifique du Laboratoire d’excellence RESMED (Paris, Sorbonne).
Il a assuré le commissariat général de l’exposition Lieux saints partagés présentée au Mucem (avril–août 2015) en rassemblant plus de 121 000 visiteurs. Par la suite il a été commissaire (avec Manoël Pénicaud) des versions renouvelées de cette exposition qui ont été présentées au musée du Bardo à Tunis (19 novembre 2016 – 12 février 2017) ; au Musée macédonien d’art contemporain et Musée national de la photographie, Yeni Camii, à Thessalonique (23 septembre 2017 – 31 janvier 2018) ; au Musée national d’histoire de l’immigration (MNHM), à Paris (23 octobre 2017 – 21 janvier 2018) ; au Musée Confluences-Dar el-Bacha, à Marrakech (18 décembre 2017 – 21 mai 2018) ; à la New York Public Library, the Morgan Library and Museum, The Graduate Centre, CUNY, New York (27 mars – 30 juillet 2018).

Manoël Pénicaud est anthropologue, chargé de recherche au CNRS et membre de l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (CNRS, Aix-Marseille Université).
Spécialisé dans l’étude des pèlerinages et de l’hospitalité interreligieuse en Europe et en Méditerranée, il est l’auteur de plusieurs articles et ouvrages (dont Le réveil des Sept Dormants, Cerf, 2016) et a codirigé plusieurs livres (dont Lieux saints partagés, Actes Sud, 2015, Prix Méditerranéen du Livre d’Art ; Coexistences, Actes Sud, 2017 ; Shared Sacred Sites, New York Public Library, 2018).
Il est, avec Dionigi Albera, l’un des commissaires de l’exposition « Lieux saints Partagés » présentée au Mucem à Marseille (2015), au Musée du Bardo à Tunis (2016), à Thessalonique et à Paris (2017), ainsi qu’à Marrakech et à New York (2018), avant d’être adaptée à Depo à Istanbul d’avril à juin 2019, en partenariat avec l’Institut Français.
Il est en outre photographe (Agence Le Pictorium) et documentariste. L’un de ses films, Les Chemins de la Baraka, a été primé en 2008 au Festival International de Palerme.

Écoutez Dionigi Albera et Manoël Pénicaud à propos des « Lieux Saints Partagés »

Entrée libre sur inscription. Rencontre en français avec traduction simultanée.
Les places sont allouées par ordre d’arrivée dans la salle, dans la limite des places disponibles. Nous vous conseillons de vous présenter entre 15 et 30 minutes avant l’évènement.