REPORTÉ / Cinéma francophone

Institut français
24.03.2020
27.03.2020

À l’occasion de l’événement Cinéma francophone, l’Institut français, en partenariat avec le Consulat général du Tunisie, le Consulat général de Canada et le Consulat général du Luxembourg, vous propose les projections d’une série de films issus de pays francophones.

À l’occasion de l’événement Cinéma francophone, l’Institut français, en partenariat avec le Consulat général du Tunisie, le Consulat général de Canada et le Consulat général du Luxembourg, vous propose les projections d’une série de films issus de pays francophones.
———–
À l’occasion de l’événement Cinéma francophone, l’Institut français, en partenariat avec le Consulat général du Tunisie, le Consulat général de Canada et le Consulat général du Luxembourg, vous propose les projections d’une série de films issus de pays francophones.
Les projections auront lieu dans la semaine du 24 au 27 mars à l’Institut français à Istanbul.
Nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire pour participer aux projections.

Programme :

24 mars 19H15 – Aya de Yopougon, film d’animation de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie
Le film se déroule à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, à la fin des années 1970, et suit la vie sentimentale et familiale d’un groupe d’adolescentes. Tandis qu’Aya se consacre essentiellement à ses études, ses amies Adjoua et Bintou pensent surtout à sortir le soir pour « gazer » (draguer) dans les « maquis » (les bars dansants), dans l’espoir de sortir avec un garçon malgré la surveillance de leurs familles qui redoutent les « génitos » (les séducteurs sans scrupules). Adjoua noue une relation avec un jeune homme, Moussa, le fils de Bonaventure Sissoko, l’un des hommes les plus riches du pays. Mais les choses se compliquent notablement lorsqu’elle se retrouve enceinte.

25 mars 19H15 – Sawah d’Adolf El Assal
Skaarab, un DJ du Caire est invité à poser ses sons à Bruxelles à l’occasion d’un concours international de DJ. Pendant son trajet, il reste coincé dans un pays dont il n’a jamais entendu parler : Le Grand-Duché de Luxembourg. Il décide alors de trouver son chemin pour atteindre son but à temps alors qu’une révolution éclate dans son pays. Une folle épopée de 48 h s’ensuit.

26 mars 19H15 – El Jaida de Salma Baccar
Quatre femmes se retrouvent dans la prison de femmes de Dar Joued huit mois avant l’indépendance de la Tunisie en 1954. D’âges et de conditions sociales différents, elles sont condamnées à cohabiter en subissant l’autorité et les injustices de leur geôlière : la « jaida » Elles vont partager souvenirs du monde extérieur, joie, émotions et détresse de leur quotidien.
La réalisatrice Selma Baccar offre un film qui contribue à restituer un pan de l’histoire de la Tunisie et à alimenter la mémoire collective tout en défendant la cause des femmes.

27 mars 19H15 – La passion d’Augustine de Léa Pool
Dans les années 60, Mère Augustine dirige un couvent catholique québécois qui abrite une école de jeunes filles. Passionnée de musique, elle a donné aux cours de musique une grande place dans l’enseignement des pensionnaires. Le calme du pensionnat est soudainement brisé par l’arrivée en cours d’année de la nièce de Mère Augustine, Alice Champagne, une pianiste brillante mais une élève turbulente. Et, pour ne rien arranger, le pensionnat est menacé par l’ouverture au Québec de nombreuses écoles publiques gratuites. Mais les sœurs ne comptent pas rester oisives face à la situation…

Entrée libre sur inscription.

 

blankblankblank