fbpx

AGENDA CULTUREL


THÉÂTRE AU CINÉMA : LA PUCE A L’OREILLE

Büyülü Fener Sinemaları, Kocatepe Mh., Meşrutiyet Cad., Hatay Sk. No:18, 06420
Büyülü Fener Sinemaları, Kocatepe Mh., Meşrutiyet Cad., Hatay Sk. No:18, 06420
04.02.2020 - 19:00

La puce à l’oreille
La Comédie Française

THÉÂTRE AU CINÉMA : LA PUCE A L’OREILLE

L’Institut français en collaboration avec les cinémas Büyülü Fener, vous propose une captation vidéo de l’oeuvre de Georges Feydeau « La puce à l’oreille » par la Comédie Française.

  • mardi 4 février à 19h
  • durée : 130mn
  • entrée 35TL (auprès du guichet du cinéma ou )
  • en français, sous-titré en turc

PRÉSENTATION DU SPECTACLE

RÉSUMÉ

Raymonde Chandebise soupçonne son mari d’adultère. Elle lui tend un piège en lui donnant rendez-vous anonymement à l’hôtel du Minet-Galant. Monsieur Chandebise répond à l’appel en y envoyant son fidèle ami Tournel, mais il ne sait pas que le garçon d’étage, Poche, est son sosie. L’hôtel devient alors le théâtre d’une farce gigantesque où la mécanique des quiproquos, des mensonges et des tromperies s’emballe sans que personne ne parvienne à l’arrêter…

Qui est Georges Feydeau ?

(Paris 8/12/1862-Rueil 5/06/1921), auteur dramatique, fils du romancier réaliste Ernest Feydeau (1821-1873), reste celui qui a perfectionné le vaudeville là où l’avait laissé Labiche. A ses débuts acteur et auteur de monologues joués dans les salons parisiens avec Le Cercle des Castagnettes, compagnie d’amateurs qu’il avait fondée (1876-1879), Feydeau connaît son premier succès public en 1886 avec Tailleur pour dames créé au Théâtre de la Renaissance. Suivront Monsieur chasse puis Champignol malgré lui (1892), Un fil à la patte et L’Hôtel du libre-échange (1894), Le Dindon (1896) et La Dame de chez Maxim (1899), autant de pièces écrites avec brio et toujours à l’affiche aujourd’hui. Son théâtre, rempli de mouvements et de situations cocasses, oscille entre farce et comédie, réalisme et caricature. Ayant apporté au théâtre la mécanique du rire, Feydeau connut son apogée en 1905. Il rompit ensuite avec le vaudeville traditionnel pour créer des comédies de mours en un acte qui mettaient en scène le quotidien ennuyeux du couple bourgeois : La Puce à l’oreille (1907), Feu la mère de Madame et Occupe-toi d’Amélie (1908), On purge Bébé (1910), Mais n’te promène donc pas toute nue (1912). Atteint par la syphilis, Feydeau fut interné en 1919 et mourut deux ans après. 

La puce à l’oreille

  • De Georges Feydeau
  • Mise en scène : Lilo Baur