Vive le cinéma !

Institut français à Istanbul
->

Proposé à l’Institut français, le programme Vive le cinéma consacré au cinéma français fait partie des grands rendez-vous cinématographiques d’Istanbul. Les cinéphiles stambouliotes sont invités à découvrir en mars une nouvelle sélection de productions et coproductions françaises. Ces films récemment primés aux festivals internationaux et salués unanimement par la presse, seront projetés dans la salle numérisée de l’Institut français à Istanbul les samedis à 14h30, 16h45 et 19h15 et les dimanches à 14h30 et 16h45.

Ara Güler, il était une fois Istanbul (Samuel Aubin) : Nous regardons ses images, le grand photographe nous raconte leurs histoires, leurs conceptions, leurs contextes historiques et personnels.

In the Fade (Fatih Akin) : La vie de Katja s’effondre lorsque son mari et son fils meurent dans un attentat à la bombe.
Après le deuil et l’injustice, viendra le temps de la vengeance.

Faute d’amour (Andrey Zvyagintsev) : Boris et Genia sont en train de divorcer. Aucun des deux ne semble avoir d’intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu’à ce qu’il disparaisse.

Au revoir là-haut (Albert Dupontel) : Novembre 1918. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts.

L’achat des billets (10 TL, 5 TL pour les étudiants de l’Institut Français) est possible de 14h30 à 19h15 pour les projections du jour même. Paiement uniquement en espèces.

Proposé à l’Institut français, le programme Vive le cinéma consacré au cinéma français fait partie des grands rendez-vous cinématographiques d’Istanbul. Les cinéphiles stambouliotes sont invités à découvrir en mars une nouvelle sélection de productions et coproductions françaises. Ces films récemment primés aux festivals internationaux et salués unanimement par la presse, seront projetés dans la salle numérisée de l’Institut français à Istanbul les samedis à 14h30, 16h45 et 19h15 et les dimanches à 14h30 et 16h45.

Ara Güler, il était une fois Istanbul (Samuel Aubin) : Nous regardons ses images, le grand photographe nous raconte leurs histoires, leurs conceptions, leurs contextes historiques et personnels.

In the Fade (Fatih Akin) : La vie de Katja s’effondre lorsque son mari et son fils meurent dans un attentat à la bombe.
Après le deuil et l’injustice, viendra le temps de la vengeance.

Faute d’amour (Andrey Zvyagintsev) : Boris et Genia sont en train de divorcer. Aucun des deux ne semble avoir d’intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu’à ce qu’il disparaisse.

Au revoir là-haut (Albert Dupontel) : Novembre 1918. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts.

L’achat des billets (10 TL, 5 TL pour les étudiants de l’Institut Français) est possible de 14h30 à 19h15 pour les projections du jour même. Paiement uniquement en espèces.

Bookmark the permalink.

Comments are closed.