The Avener

If Performance Hall Beşiktaş
->

Le « palefrenier du Roi » (traduction anglaise). C’est le nom d’artiste qu’a choisi le niçois, Tristan Casara. A 29 ans, The Avener s’est imposé en quelques années comme un DJ de renom dans les clubs les plus prestigieux et comme un producteur/remixeur de grand talent, notamment avec son titre Fade Out Lines ; un rework (ndlr : retravailler des morceaux originaux) de la chanson de Phoebe Killdeer & The Short Straws qui sera quatre fois single de diamant à l’export. Puis, avec son album, The Wanderings of the Avener, double album de platine en France, et double album de platine à l’export. Né dans un world wide web encore émergent, il étudie le piano à l’âge de six ans, puis la musique classique et le jazz au conservatoire qu’il intègre à l’âge de onze ans. Dès ses quatorze ans, Tristan Casara compose ses propres chansons en alliant instruments classiques et technologies de son époque. A la fin du siècle passé, il découvre les artistes Amon Tobin et Aphex Twin et décide de mettre ses compétences et sa large culture musicale au service de ces disques qu’il aime faire jouer sur ses platines. Pour le plus grand bonheur des clubbers amateurs de deep house et d’électro dansante. Tristan Casara creuse son sillon dans les boites de nuit de la côte d’azur où ses playlists et ses enchainements provoquent les déhanchements et un début de reconnaissance au réputé High Club de Nice.

The Avener est né. La qualité de ses rework et des colorations sonores et vocales qu’il y apporte vont prendre à témoin le réseau mondial ; celui qui permet à un DJ français, allemand ou hollandais de se jouer des frontières et de diffuser et relayer des compositions à travers le monde. C’est via Internet, puis les médias généralistes que The Avener va désormais imposer son nom. Et quel nom ! En 2014, Fade Out Lines, le titre aux quarante millions de vues sur Youtube réussit le tour de force de se placer numéro un des charts Itunes dans vingt pays et, surtout en Allemagne, ce qu’aucun autre artiste français n’avait fait avant lui ! Sophistiqué, sensuel et irrésistible, ce single va déferler sur le monde avec un succès rarement atteint jusque là : « Fade Out Lines est difficile à définir. C’est un mélange de blues, de jazz et de folk aux confluences du funk soutenues par des instruments et des sonorités électroniques. C’est un titre nostalgique, sentimental et puissant à la fois. Avec ce titre, je me suis trouvé ! » déclarera Tristan Casara. Une définition qui s’imposera, également pour son premier album, The Wanderings of the Avener sorti en janvier 2015, après avoir produit le duo Stolen Car entre Mylène Farmer et Sting et le titre, You’re My Window To The Skyn générique du Grand Journal de Canal Plus lors de sa rentrée en septembre 2015. L’album, The Wanderings of the Avener est un manifeste électro, alambiqué et décomplexé, constitué à 80 % de reworks. Pour son élaboration, The Avener est allé piocher dans un petit dossier où il gardait secrètement ce qui lui tenait à coeur. A travers remixes, samples et collaborations de renom, ce premier album voit se croiser les talents de Kadebostany, John Lee Hooker, Adam Cohen, Mazzy Star, Ane Brun ou encore, Sixto Rodriguez. Une oeuvre anti électro minimaliste qui s’affranchit de ses codes pour lorgner du côté de la pop. Riche en émotions, la musique de The Avener est à l’opposé de la musique électronique froide qui n’intéresse plus Tristan. Ronde et sensuelle, c’est comme cela que The Avener voit la deep house telle qu’il l’affectionne depuis l’adolescence chez ses homologues US.

Héritier de la French Touch dont il s’exonère pourtant dans la mesure où il s’adonne à ses propres règles, The Avener met un point d’honneur à se détacher des tendances. Sur scène, il interprète des titres comme Fade Out Lines sans aucune machine, accompagné de deux guitaristes, deux percussionnistes et de la chanteuse australienne, Phoebe Killdeer. “Quand tu as commencé la musique aussi tôt, les choses deviennent vite inconscientes quand tu composes. J’ai étudié pendant des années la structure, la musicalité, le langage… Je reproduis forcément, même sans m’en rendre compte, les schémas que j’ai appris.” Avec Laura Gibson, la folk singer US qui collabora au groupe Calexico, The Avener nous livre aujourd’hui le titre, You Belong qui annonce la sortie du parfum de la marque, Zadig & Voltaire. Un titre qui anticipe la création de son deuxième album pour lequel l’Amérique lui ouvre les bras. Avec d’imposants et célèbres featuring US en vue, The Avener impose de l’autre côté de l’Atlantique son pseudo et toute l’étendue de son savoir-faire, made in France !

“Je viens du piano classique, ce qui m’a permis d’ouvrir mon oreille à beaucoup de choses différentes. L’electro, je l’ai découverte à 15 ans. Je suis passé par plein d’étapes : le rock, le blues, le funk… J’ai connu des périodes où, pendant quelques mois, je n’écoutais qu’un seul style. Je me suis perdu dans tout ça. Aujourd’hui, j’ai du mal à dire où je me trouve. Je fais de la musique, tout simplement.” Un constat d’assurance et d’humilité qui est tout sauf un accident.

Le « palefrenier du Roi » (traduction anglaise). C’est le nom d’artiste qu’a choisi le niçois, Tristan Casara. A 29 ans, The Avener s’est imposé en quelques années comme un DJ de renom dans les clubs les plus prestigieux et comme un producteur/remixeur de grand talent, notamment avec son titre Fade Out Lines ; un rework (ndlr : retravailler des morceaux originaux) de la chanson de Phoebe Killdeer & The Short Straws qui sera quatre fois single de diamant à l’export. Puis, avec son album, The Wanderings of the Avener, double album de platine en France, et double album de platine à l’export. Né dans un world wide web encore émergent, il étudie le piano à l’âge de six ans, puis la musique classique et le jazz au conservatoire qu’il intègre à l’âge de onze ans. Dès ses quatorze ans, Tristan Casara compose ses propres chansons en alliant instruments classiques et technologies de son époque. A la fin du siècle passé, il découvre les artistes Amon Tobin et Aphex Twin et décide de mettre ses compétences et sa large culture musicale au service de ces disques qu’il aime faire jouer sur ses platines. Pour le plus grand bonheur des clubbers amateurs de deep house et d’électro dansante. Tristan Casara creuse son sillon dans les boites de nuit de la côte d’azur où ses playlists et ses enchainements provoquent les déhanchements et un début de reconnaissance au réputé High Club de Nice.

The Avener est né. La qualité de ses rework et des colorations sonores et vocales qu’il y apporte vont prendre à témoin le réseau mondial ; celui qui permet à un DJ français, allemand ou hollandais de se jouer des frontières et de diffuser et relayer des compositions à travers le monde. C’est via Internet, puis les médias généralistes que The Avener va désormais imposer son nom. Et quel nom ! En 2014, Fade Out Lines, le titre aux quarante millions de vues sur Youtube réussit le tour de force de se placer numéro un des charts Itunes dans vingt pays et, surtout en Allemagne, ce qu’aucun autre artiste français n’avait fait avant lui ! Sophistiqué, sensuel et irrésistible, ce single va déferler sur le monde avec un succès rarement atteint jusque là : « Fade Out Lines est difficile à définir. C’est un mélange de blues, de jazz et de folk aux confluences du funk soutenues par des instruments et des sonorités électroniques. C’est un titre nostalgique, sentimental et puissant à la fois. Avec ce titre, je me suis trouvé ! » déclarera Tristan Casara. Une définition qui s’imposera, également pour son premier album, The Wanderings of the Avener sorti en janvier 2015, après avoir produit le duo Stolen Car entre Mylène Farmer et Sting et le titre, You’re My Window To The Skyn générique du Grand Journal de Canal Plus lors de sa rentrée en septembre 2015. L’album, The Wanderings of the Avener est un manifeste électro, alambiqué et décomplexé, constitué à 80 % de reworks. Pour son élaboration, The Avener est allé piocher dans un petit dossier où il gardait secrètement ce qui lui tenait à coeur. A travers remixes, samples et collaborations de renom, ce premier album voit se croiser les talents de Kadebostany, John Lee Hooker, Adam Cohen, Mazzy Star, Ane Brun ou encore, Sixto Rodriguez. Une oeuvre anti électro minimaliste qui s’affranchit de ses codes pour lorgner du côté de la pop. Riche en émotions, la musique de The Avener est à l’opposé de la musique électronique froide qui n’intéresse plus Tristan. Ronde et sensuelle, c’est comme cela que The Avener voit la deep house telle qu’il l’affectionne depuis l’adolescence chez ses homologues US.

Héritier de la French Touch dont il s’exonère pourtant dans la mesure où il s’adonne à ses propres règles, The Avener met un point d’honneur à se détacher des tendances. Sur scène, il interprète des titres comme Fade Out Lines sans aucune machine, accompagné de deux guitaristes, deux percussionnistes et de la chanteuse australienne, Phoebe Killdeer. “Quand tu as commencé la musique aussi tôt, les choses deviennent vite inconscientes quand tu composes. J’ai étudié pendant des années la structure, la musicalité, le langage… Je reproduis forcément, même sans m’en rendre compte, les schémas que j’ai appris.” Avec Laura Gibson, la folk singer US qui collabora au groupe Calexico, The Avener nous livre aujourd’hui le titre, You Belong qui annonce la sortie du parfum de la marque, Zadig & Voltaire. Un titre qui anticipe la création de son deuxième album pour lequel l’Amérique lui ouvre les bras. Avec d’imposants et célèbres featuring US en vue, The Avener impose de l’autre côté de l’Atlantique son pseudo et toute l’étendue de son savoir-faire, made in France !

“Je viens du piano classique, ce qui m’a permis d’ouvrir mon oreille à beaucoup de choses différentes. L’electro, je l’ai découverte à 15 ans. Je suis passé par plein d’étapes : le rock, le blues, le funk… J’ai connu des périodes où, pendant quelques mois, je n’écoutais qu’un seul style. Je me suis perdu dans tout ça. Aujourd’hui, j’ai du mal à dire où je me trouve. Je fais de la musique, tout simplement.” Un constat d’assurance et d’humilité qui est tout sauf un accident.

Bookmark the permalink.

Comments are closed.