PARIS FAIT SON CINEMA

INSTITUT FRANCAIS
->

Paris et le cinéma ont une histoire commune intense et passionnelle qui continue depuis de nombreuses années. C’est cette relation entre la ville et le 7e art que Giusy Pisano évoquera le mercredi 12 avril lors d’une conférence organisée en partenariat entre l’Institut français d’Istanbul et l’Université Galatasaray.

Les premières séances de cinéma au monde ont eu lieu à Paris en 1895 et c’est dans les alentours de Paris que les tous premiers studios ont également vu le jour. Dès 1897, Georges Méliès installe le sien à Montreuil et il est suivi en 1904 par Pathé avec ses studios de Joinville puis par la Société des Établissements Gaumont en 1906 qui s’installe aux Buttes Chaumont.

Paris est aussi le témoin de la création de la Cinémathèque française en 1936 par Henri Langlois et la ville lumière abrite la première école de cinéma et photographie au monde ; d’abord appelé « Vaugirard » en 1926, elle est aujourd’hui nommée l’ENS Louis-Lumière. Chargée d’Histoire, la ville de Paris sert également de décors pour un nombre impressionnant de films : Paris brûle-t-il ? de René Clément (1966) ; Bon voyage de Jean-Paul Rappennau (2003) ou plus récemment Inglourious Basterds de Quentin Tarantino (2009).

Au fil des réalisations – du cinéma muet aux films en 3D – son portrait sonore et visuel s’est décliné en mille facettes pour répondre aux besoins des histoires racontées. A l’écran, ses rues, ses quais, ses monuments, ses bistrots ses gares, ses cabarets, ses places sont tantôt enclins à la débauche, à la promenade romantique ou bien susceptibles de provoquer des intrigues, enquêtes, filatures et des amitiés durables. Ces images sonores qui se répètent de film en film sont devenues des motifs, des clichés ainsi que des clins d’œil des cinéastes à la ville lumière.

Giusy Pisano 

Giusy Pisano est professeur des Universités à l’ENS Louis-Lumière et professeur associé de la University of Korea pour le programme « The Collecting and Digitizing Project about Film Documents In Modern Korea ».

Elle est l’auteur de L’Amour fou au cinéma (Colin, 2010), Le Muet a la parole(avec Valérie Pozner, CNRS/AFRHC, 2005), Une Archéologie du cinéma sonore(CNRS, 2004), Musique ! (avec François Albera, AFRHC, 2003) et de nombreux articles sur l’histoire et l’esthétique du cinéma. Ses recherches portent sur l’anthropologie des sons et des images ainsi que sur la dimension sonore du cinéma et du théâtre.

En français, traduction simultanée en turc
Entrée libre
Pour participer à l’événement, l’inscription est obligatoire.

Paris et le cinéma ont une histoire commune intense et passionnelle qui continue depuis de nombreuses années. C’est cette relation entre la ville et le 7e art que Giusy Pisano évoquera le mercredi 12 avril lors d’une conférence organisée en partenariat entre l’Institut français d’Istanbul et l’Université Galatasaray.

Les premières séances de cinéma au monde ont eu lieu à Paris en 1895 et c’est dans les alentours de Paris que les tous premiers studios ont également vu le jour. Dès 1897, Georges Méliès installe le sien à Montreuil et il est suivi en 1904 par Pathé avec ses studios de Joinville puis par la Société des Établissements Gaumont en 1906 qui s’installe aux Buttes Chaumont.

Paris est aussi le témoin de la création de la Cinémathèque française en 1936 par Henri Langlois et la ville lumière abrite la première école de cinéma et photographie au monde ; d’abord appelé « Vaugirard » en 1926, elle est aujourd’hui nommée l’ENS Louis-Lumière. Chargée d’Histoire, la ville de Paris sert également de décors pour un nombre impressionnant de films : Paris brûle-t-il ? de René Clément (1966) ; Bon voyage de Jean-Paul Rappennau (2003) ou plus récemment Inglourious Basterds de Quentin Tarantino (2009).

Au fil des réalisations – du cinéma muet aux films en 3D – son portrait sonore et visuel s’est décliné en mille facettes pour répondre aux besoins des histoires racontées. A l’écran, ses rues, ses quais, ses monuments, ses bistrots ses gares, ses cabarets, ses places sont tantôt enclins à la débauche, à la promenade romantique ou bien susceptibles de provoquer des intrigues, enquêtes, filatures et des amitiés durables. Ces images sonores qui se répètent de film en film sont devenues des motifs, des clichés ainsi que des clins d’œil des cinéastes à la ville lumière.

Giusy Pisano 

Giusy Pisano est professeur des Universités à l’ENS Louis-Lumière et professeur associé de la University of Korea pour le programme « The Collecting and Digitizing Project about Film Documents In Modern Korea ».

Elle est l’auteur de L’Amour fou au cinéma (Colin, 2010), Le Muet a la parole(avec Valérie Pozner, CNRS/AFRHC, 2005), Une Archéologie du cinéma sonore(CNRS, 2004), Musique ! (avec François Albera, AFRHC, 2003) et de nombreux articles sur l’histoire et l’esthétique du cinéma. Ses recherches portent sur l’anthropologie des sons et des images ainsi que sur la dimension sonore du cinéma et du théâtre.

En français, traduction simultanée en turc
Entrée libre
Pour participer à l’événement, l’inscription est obligatoire.

Bookmark the permalink.

Comments are closed.