Lieux slaves d’Istanbul

Institut français à Istanbul
->

LIEUX SLAVES D’ISTANBUL

Lieux slaves d’Istanbul, Guide historique de 156 lieux slaves de Byzance à nos jours réunis en 11 promenades constitue la suite d’Istanbul Slave en ce sens que le livre réunit, sous le format facile d’utilisation du classement chronologique et géographique, les lieux mentionnés dans Istanbul Slave, avec la volonté d’en faire et un instrument de référence et un guide touristique. Le chercheur y trouvera citées les raisons ou les sources qui en font des lieux slaves, des lieux où vivaient, priaient ou travaillaient ces oubliés de l’histoire stambouliote que sont les Bulgares, les Serbes, les Russes, les Polonais, les Monténégrins, les Croates. Le promeneur pourra les voir selon des itinéraires cohérents, des promenades où chaque lieu est situé avec précision. Il découvrira une Istanbul bien différente de celle des grands circuits touristiques, même si parfois il les croisera. Il verra une ville où les siècles, les cultures, les religions et les populations se côtoient et se mêlent depuis plus d’un millénaire. Il se rendra compte que ces lieux slaves sont rarement slaves, bien plus souvent orthodoxes grecs, ottomans ou encore occidentaux, à l’image de cette ville plurielle qu’est, depuis toujours, Istanbul.

Pierre VOILLERY

Diplomate français, plusieurs fois conseiller de ministre, consul général et ambassadeur, Pierre VOILLERY a soutenu en 1980 sa thèse de doctorat en histoire à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Le sujet en était la Renaissance bulgare et l’Occident et était partiellement consacré à l’action de son arrière-arrière-grand-père, Alexandre Exarh. Il a centré ses travaux à la continuité, l’identité sociale, religieuse, culturelle des Bulgares ottomans, la possibilité de survie de lignées locales, la construction de l’identité nationale et la place d’Istanbul dans l’histoire des Bulgares. Il est l’auteur d’articles scientifiques et d’ouvrages sur Alexandre Exarh et les Bulgares à l’époque ottomane. Il s’est intéressé à la présence slave à Istanbul à l’époque byzantine et ottomane, une présence souvent ignorée dès lors qu’il ne s’agit pas d’ambassades ou de grands personnages.

Prof. Dr Ilber ORTAYLI

L’éminent historien İlber Ortaylı est diplômé de l’université d’Ankara, département de sciences politiques, et a étudié les langues orientales et slaves à l’université de Vienne. Ses domaines de recherche incluent, entre autres, l’histoire et la vie culturelle et politique de l’Empire Ottoman. Il est auteur de nombreux ouvrages et articles, vice-président du CIEPO (Comité International d’Études Pré-Ottomanes et Ottomanes) et membre du Comité Européen d’Etudes Iraniennes. Il a également présidé pendant plusieurs années le palais de Topkapi à Istanbul et donne des cours d’histoire à la faculté de droit à l’Université Galatasaray.

Sinan KUNERALP

Sinan Kuneralp est historien. Il est le fondateur des éditions Isis basées à Istanbul. Il publie en français, anglais, allemand, italien et espagnol des ouvrages tant turcs qu’étrangers traitant de l’histoire ottomane.

 INSCRIPTION

LIEUX SLAVES D’ISTANBUL

Lieux slaves d’Istanbul, Guide historique de 156 lieux slaves de Byzance à nos jours réunis en 11 promenades constitue la suite d’Istanbul Slave en ce sens que le livre réunit, sous le format facile d’utilisation du classement chronologique et géographique, les lieux mentionnés dans Istanbul Slave, avec la volonté d’en faire et un instrument de référence et un guide touristique. Le chercheur y trouvera citées les raisons ou les sources qui en font des lieux slaves, des lieux où vivaient, priaient ou travaillaient ces oubliés de l’histoire stambouliote que sont les Bulgares, les Serbes, les Russes, les Polonais, les Monténégrins, les Croates. Le promeneur pourra les voir selon des itinéraires cohérents, des promenades où chaque lieu est situé avec précision. Il découvrira une Istanbul bien différente de celle des grands circuits touristiques, même si parfois il les croisera. Il verra une ville où les siècles, les cultures, les religions et les populations se côtoient et se mêlent depuis plus d’un millénaire. Il se rendra compte que ces lieux slaves sont rarement slaves, bien plus souvent orthodoxes grecs, ottomans ou encore occidentaux, à l’image de cette ville plurielle qu’est, depuis toujours, Istanbul.

Pierre VOILLERY

Diplomate français, plusieurs fois conseiller de ministre, consul général et ambassadeur, Pierre VOILLERY a soutenu en 1980 sa thèse de doctorat en histoire à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Le sujet en était la Renaissance bulgare et l’Occident et était partiellement consacré à l’action de son arrière-arrière-grand-père, Alexandre Exarh. Il a centré ses travaux à la continuité, l’identité sociale, religieuse, culturelle des Bulgares ottomans, la possibilité de survie de lignées locales, la construction de l’identité nationale et la place d’Istanbul dans l’histoire des Bulgares. Il est l’auteur d’articles scientifiques et d’ouvrages sur Alexandre Exarh et les Bulgares à l’époque ottomane. Il s’est intéressé à la présence slave à Istanbul à l’époque byzantine et ottomane, une présence souvent ignorée dès lors qu’il ne s’agit pas d’ambassades ou de grands personnages.

Prof. Dr Ilber ORTAYLI

L’éminent historien İlber Ortaylı est diplômé de l’université d’Ankara, département de sciences politiques, et a étudié les langues orientales et slaves à l’université de Vienne. Ses domaines de recherche incluent, entre autres, l’histoire et la vie culturelle et politique de l’Empire Ottoman. Il est auteur de nombreux ouvrages et articles, vice-président du CIEPO (Comité International d’Études Pré-Ottomanes et Ottomanes) et membre du Comité Européen d’Etudes Iraniennes. Il a également présidé pendant plusieurs années le palais de Topkapi à Istanbul et donne des cours d’histoire à la faculté de droit à l’Université Galatasaray.

Sinan KUNERALP

Sinan Kuneralp est historien. Il est le fondateur des éditions Isis basées à Istanbul. Il publie en français, anglais, allemand, italien et espagnol des ouvrages tant turcs qu’étrangers traitant de l’histoire ottomane.

 INSCRIPTION

Bookmark the permalink.

Comments are closed.