Danse : Sur le fil

Mimar Sinan Güzel Sanatlar Üniversitesi Şebnem Selışık Aksan Salonu
->

A Corner in the World festival X bomontiada ALT a lieu dans le cadre du troisième A Corner in the World festival.

« Ce qui permet à l’écriture d’endurer et de dépasser l’expérience scénique réside, entre autre, dans  le degré de prise de risque que s’autorise chaque interprète. Sa capacité à conjuguer en permanence la rigueur, c’est à dire l’ensemble des règles inhérentes à l’écriture avec son propre dépassement, et ce jusqu’à ce que le mental et le corps cèdent et ne représentent plus une limite. Cette double exhortation donne lieu à une expérience paradoxale emprunte d’infinie soumission et d’abandon. Car le dépassement ne devient possible que lorsqu’on s’est employé à appliquer rigoureusement au corps et au mental une série de règles qui mettent en lumière son propre mode de fonctionnement habituel, connu et auquel il est indispensable de se soustraire. Une fois cette mécanique cernée, il devient plus aisé de trouver les voies par lesquelles on parvient à échapper à soi et c’est précisément à cet endroit que se trouve, à mes yeux, l’enjeu essentiel d’une pièce. En effet, afin de parvenir à faire résonner en l’autre, l’expérience de cette transcendance, l’interprète doit en permanence avoir conscience de cette tension dramatique qui peu à peu lui donne la sensation de l’amener au bord de lui même et lui permet ainsi d’appréhender ce qui, sans cesse, lui échappe et l’accomplit. Cet équilibre minutieux et fragile à maintenir le rend réceptif à l’extrême, non seulement à ce qui se produit en lui mais surtout hors de lui. Une attention nouvelle qui retisse et renoue les liens perdus avec ce qui nous entoure, au profit de ce qui se montre. Alors seulement, en équilibre sur ce fil, pour un temps indéfini, on accepte de ne plus savoir. » Nacera BELAZA

Chorégraphie : Nacera Belaza
Interprètes : Nacera Belaza, Aurélie Berland, Anne-Sophie Lancelin, Dalila Belaza
Conception son et lumière : Nacera Belaza
Montage son : Christophe Renaud

Partenaires
Production : Compagnie Nacera Belaza

Co-production : Festival Montpellier Danse ; La Villette Paris – résidence artistique 2015 ; CCN de Tours / Direction Thomas Lebrun ; Le Centre National de la Danse – Pantin (création en résidence) ; Moussem ; Collectif 12, Mantes la Jolie, DRAC Ile de France – aide à la résidence; Bozar – Palais des Beaux-Arts de Bruxelles ; Künstlerhaus Mousonturm, Frankfurt.

Avec le soutien de: Fonds Transfabrik – Fonds franco-allemand pour le spectacle vivant ; Aide au projet : Spedidam

Née en Algérie, Nacera Belaza vit en France depuis l’âge de cinq ans. Après des études de lettres modernes à l’Université de Reims, elle crée sa propre compagnie en 1989. Nommée Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, c’est en autodidacte qu’elle entre en danse, développant une chorégraphie qui prend sa source dans un cheminement intérieur, une écoute sensible du corps, de l’espace et du vide en soi. Son parcours, tel une quête, tend à valoriser le lien direct entre le danseur et le spectateur, ouvert à l’infini de la scène. Les éléments des pièces – la lumière, l’espace, le temps, le corps – se répondent sur le plateau en développant une scénographie qui leur est propre. Répétition du geste, lenteur infinie, étirement du temps : les pièces de Nacera Belaza explorent toutes le mouvement comme on explorerait un souffle serein, profond et continu qui se frotterait au « vacarme assourdissant de nos existences » ainsi que le confiait Nacera Belaza.

Billetterie: 50 TL (étudiants : 30 TL)

Avec le concours de l’Institut français à Istanbul

A Corner in the World festival X bomontiada ALT a lieu dans le cadre du troisième A Corner in the World festival.

« Ce qui permet à l’écriture d’endurer et de dépasser l’expérience scénique réside, entre autre, dans  le degré de prise de risque que s’autorise chaque interprète. Sa capacité à conjuguer en permanence la rigueur, c’est à dire l’ensemble des règles inhérentes à l’écriture avec son propre dépassement, et ce jusqu’à ce que le mental et le corps cèdent et ne représentent plus une limite. Cette double exhortation donne lieu à une expérience paradoxale emprunte d’infinie soumission et d’abandon. Car le dépassement ne devient possible que lorsqu’on s’est employé à appliquer rigoureusement au corps et au mental une série de règles qui mettent en lumière son propre mode de fonctionnement habituel, connu et auquel il est indispensable de se soustraire. Une fois cette mécanique cernée, il devient plus aisé de trouver les voies par lesquelles on parvient à échapper à soi et c’est précisément à cet endroit que se trouve, à mes yeux, l’enjeu essentiel d’une pièce. En effet, afin de parvenir à faire résonner en l’autre, l’expérience de cette transcendance, l’interprète doit en permanence avoir conscience de cette tension dramatique qui peu à peu lui donne la sensation de l’amener au bord de lui même et lui permet ainsi d’appréhender ce qui, sans cesse, lui échappe et l’accomplit. Cet équilibre minutieux et fragile à maintenir le rend réceptif à l’extrême, non seulement à ce qui se produit en lui mais surtout hors de lui. Une attention nouvelle qui retisse et renoue les liens perdus avec ce qui nous entoure, au profit de ce qui se montre. Alors seulement, en équilibre sur ce fil, pour un temps indéfini, on accepte de ne plus savoir. » Nacera BELAZA

Chorégraphie : Nacera Belaza
Interprètes : Nacera Belaza, Aurélie Berland, Anne-Sophie Lancelin, Dalila Belaza
Conception son et lumière : Nacera Belaza
Montage son : Christophe Renaud

Partenaires
Production : Compagnie Nacera Belaza

Co-production : Festival Montpellier Danse ; La Villette Paris – résidence artistique 2015 ; CCN de Tours / Direction Thomas Lebrun ; Le Centre National de la Danse – Pantin (création en résidence) ; Moussem ; Collectif 12, Mantes la Jolie, DRAC Ile de France – aide à la résidence; Bozar – Palais des Beaux-Arts de Bruxelles ; Künstlerhaus Mousonturm, Frankfurt.

Avec le soutien de: Fonds Transfabrik – Fonds franco-allemand pour le spectacle vivant ; Aide au projet : Spedidam

Née en Algérie, Nacera Belaza vit en France depuis l’âge de cinq ans. Après des études de lettres modernes à l’Université de Reims, elle crée sa propre compagnie en 1989. Nommée Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, c’est en autodidacte qu’elle entre en danse, développant une chorégraphie qui prend sa source dans un cheminement intérieur, une écoute sensible du corps, de l’espace et du vide en soi. Son parcours, tel une quête, tend à valoriser le lien direct entre le danseur et le spectateur, ouvert à l’infini de la scène. Les éléments des pièces – la lumière, l’espace, le temps, le corps – se répondent sur le plateau en développant une scénographie qui leur est propre. Répétition du geste, lenteur infinie, étirement du temps : les pièces de Nacera Belaza explorent toutes le mouvement comme on explorerait un souffle serein, profond et continu qui se frotterait au « vacarme assourdissant de nos existences » ainsi que le confiait Nacera Belaza.

Billetterie: 50 TL (étudiants : 30 TL)

Avec le concours de l’Institut français à Istanbul

Bookmark the permalink.

Comments are closed.