CONFÉRENCE : LABRAUNDA

Erimtan, Kale Mh Gözcü Sok. Altındağ
->

Après le succès des 3 conférences archéologique organisées en 2017 en coopération entre les Universités de Bilkent et d’Ankara et l’Institut français, un nouveau cycle de conférence va se dérouler en 2018 avec cette 1ère édition en mars avec comme intervenant Mr Olivier Henry.

Un Palais pour Mausole ?

résumé : Le site de Labraunda est au cœur des problématiques liées à la définition de l’identité carienne dans l’Antiquité. Fondé au cours de l’âge du bronze, le site devient un (modeste) sanctuaire rural dédié à Zeus probablement dès avant le 6e s. av. J.-C. Labraunda connaît son apogée dans le courant du 4e s. av. J.-C., grâce à de profonds réaménagements architecturaux menés notamment par la fameux Mausole. Ce dernier, qui cumule alors les titres de Roi de Carie, de Satrape de l’Empire Perse et de dynaste local, décide de réunir l’ensemble des communautés cariennes sous son autorité et de faire de la Carie une nation autonome distincte des influences grecques et perses. Il entame alors une série de profondes réformes urbaines, économiques et politiques qui s’accompagnent de programmes architecturaux particulièrement ambitieux. C’est dans ce cadre qu’il décida de faire de Labraunda un grand sanctuaire régional qui devint la vitrine de l’identité et de la puissance carienne dans le sud-ouest anatolien.

Les fouilles menées à Labraunda débutèrent dès 1948 et continuent encore aujourd’hui. Si de nombreux pans de l’histoire et de l’architecture du site sont maintenant bien connus, d’importantes questions restent encore en suspend. Cette conférence vise à présenter le site de Labraunda et les travaux qui y sont menés depuis 70 ans. Nous aborderons également la question de la fonction du site qui, à l’aune des dernières découvertes, pourrait s’avérer être bien plus qu’un simple sanctuaire.

Biographie

Olivier HENRY est un archéologue spécialisé dans l’architecture funéraire de l’Anatolie Antique et particulièrement du Sud-Ouest anatolien, la Carie. Après un doctorat soutenu à l’université de Bordeaux en 2005, il rejoint l’université d’Illinois (UIUC) où il a enseigné en tant que professeur invité. Il s’installe en Turquie en 2007, lorsqu’il obtient un post-doctorat au centre de recherche de l’Université Koç (RCAC). De 2010 à 2014, il occupe le poste de pensionnaire scientifique à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA), où il est en charge de la gestion du pôle archéologie. De 2014 à 2016 il a occupé, au sein du laboratoire AOrOc de l’Ecole Normale Supérieure de Paris, un poste de chercheur dans le cadre d’une chaire d’excellence PSL* (Archéologie de l’Anatolie). Depuis 2017, il enseigne à l’université de Bilkent.

Olivier Henry travaille sur le terrain en Turquie depuis 1998. En 2013, il obtient la direction de la fouille de Labraunda (région de Milas/MUGLA), où il pilote aujourd’hui une équipe de recherche internationale composée de spécialistes et d’étudiants de plus d’une dizaine de nationalités différentes.

Ses centres d’intérêts portent sur le monde funéraire antique, l’identité et la culture des élites locales anatoliennes ainsi que les lieux de mémoire que représentent les sanctuaires extra-urbains.

Il est l’auteur notamment de Tombes de Carie, architecture funéraire et culture carienne, paru aux PUR en 2009, et a édité plusieurs ouvrages tels que Le Mort dans la Ville (Istanbul 2013), 4th Century Karia ; Defining a Karian Identity under the Hekatomnids (Istanbul 2013) ou Tumulus as Sema (Berlin 2016).

 

 

Après le succès des 3 conférences archéologique organisées en 2017 en coopération entre les Universités de Bilkent et d’Ankara et l’Institut français, un nouveau cycle de conférence va se dérouler en 2018 avec cette 1ère édition en mars avec comme intervenant Mr Olivier Henry.

Un Palais pour Mausole ?

résumé : Le site de Labraunda est au cœur des problématiques liées à la définition de l’identité carienne dans l’Antiquité. Fondé au cours de l’âge du bronze, le site devient un (modeste) sanctuaire rural dédié à Zeus probablement dès avant le 6e s. av. J.-C. Labraunda connaît son apogée dans le courant du 4e s. av. J.-C., grâce à de profonds réaménagements architecturaux menés notamment par la fameux Mausole. Ce dernier, qui cumule alors les titres de Roi de Carie, de Satrape de l’Empire Perse et de dynaste local, décide de réunir l’ensemble des communautés cariennes sous son autorité et de faire de la Carie une nation autonome distincte des influences grecques et perses. Il entame alors une série de profondes réformes urbaines, économiques et politiques qui s’accompagnent de programmes architecturaux particulièrement ambitieux. C’est dans ce cadre qu’il décida de faire de Labraunda un grand sanctuaire régional qui devint la vitrine de l’identité et de la puissance carienne dans le sud-ouest anatolien.

Les fouilles menées à Labraunda débutèrent dès 1948 et continuent encore aujourd’hui. Si de nombreux pans de l’histoire et de l’architecture du site sont maintenant bien connus, d’importantes questions restent encore en suspend. Cette conférence vise à présenter le site de Labraunda et les travaux qui y sont menés depuis 70 ans. Nous aborderons également la question de la fonction du site qui, à l’aune des dernières découvertes, pourrait s’avérer être bien plus qu’un simple sanctuaire.

Biographie

Olivier HENRY est un archéologue spécialisé dans l’architecture funéraire de l’Anatolie Antique et particulièrement du Sud-Ouest anatolien, la Carie. Après un doctorat soutenu à l’université de Bordeaux en 2005, il rejoint l’université d’Illinois (UIUC) où il a enseigné en tant que professeur invité. Il s’installe en Turquie en 2007, lorsqu’il obtient un post-doctorat au centre de recherche de l’Université Koç (RCAC). De 2010 à 2014, il occupe le poste de pensionnaire scientifique à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA), où il est en charge de la gestion du pôle archéologie. De 2014 à 2016 il a occupé, au sein du laboratoire AOrOc de l’Ecole Normale Supérieure de Paris, un poste de chercheur dans le cadre d’une chaire d’excellence PSL* (Archéologie de l’Anatolie). Depuis 2017, il enseigne à l’université de Bilkent.

Olivier Henry travaille sur le terrain en Turquie depuis 1998. En 2013, il obtient la direction de la fouille de Labraunda (région de Milas/MUGLA), où il pilote aujourd’hui une équipe de recherche internationale composée de spécialistes et d’étudiants de plus d’une dizaine de nationalités différentes.

Ses centres d’intérêts portent sur le monde funéraire antique, l’identité et la culture des élites locales anatoliennes ainsi que les lieux de mémoire que représentent les sanctuaires extra-urbains.

Il est l’auteur notamment de Tombes de Carie, architecture funéraire et culture carienne, paru aux PUR en 2009, et a édité plusieurs ouvrages tels que Le Mort dans la Ville (Istanbul 2013), 4th Century Karia ; Defining a Karian Identity under the Hekatomnids (Istanbul 2013) ou Tumulus as Sema (Berlin 2016).

 

 

Bookmark the permalink.

Comments are closed.