Vie étudiante

Sécurité sociale et assurances

Les étudiants peuvent bénéficier de soins médicaux auprès des centres médicaux-sociaux des universités. Il est vivement conseillé de contracter, avant de partir, une assurance pour étudiants à l’étranger qui couvre le rapatriement, la maladie, l’accident, etc. Se renseigner auprès de sa caisse d’assurance maladie ou sur le site de l’assurance maladie : http://www.ameli.fr/assures/droits-et-demarches/index.php

 Le logement

Les résidences universitaires sur les campus sont réservées en priorité aux étudiants boursiers mais les internationaux peuvent également postuler une fois qu’ils ont leur admission à l’université. Le coût varie entre 25 et 250 € par mois en fonction du lieu et des commodités.
Vous avez également la possibilité de louer une chambre ou un appartement en ville.
Vous pourrez trouver un certain nombre d’annonces sur ces sites: www.apartments.com.tr ou www.istanbulsweethome.com et sur les groupes d’expatriés de Facebook.
Il y a également la possibilité de se loger dans un hôtel ou une auberge de jeunesse.

Questions financières
– Coûts de scolarité

Les établissements d’enseignement supérieur demandent des frais de scolarité. Les étudiants étrangers paient des frais plus élevés : de 380 $ à 1 000 $ selon la filière d’études à l’Université d’Ankara, soit 3 fois plus que les étudiants turcs.
L’Université de Bilkent (de statut privé), dont l’enseignement se fait en anglais, coûte environ 14 000 $ l’année.
Les jeunes issus de l’émigration turque paient les mêmes frais de scolarité que les nationaux.

– Budget

Compter un budget mensuel de 300 à 400 €.
Vous pouvez voir des estimations de prix de produits courants sur http://www.studyinturkey.com/content/sub/living_costs.aspx

– Emploi pour étudiants

Un visa étudiant (pour étudiants n’ayant pas la nationalité turque) ne permet pas de travailler.

– Aides financières

Les étudiants turcs méritants qui disposent de trop faibles ressources financières reçoivent des aides de la part d’organisations et de personnes privées, ou de l’État. Les jeunes Turcs résidant à l’étranger peuvent également obtenir cette bourse sous condition de ressources. La demande est à faire après les résultats d’admission, en août. La demande de bourse se fait auprès du Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK) : www.yok.gov.tr
Il est possible de partir en Turquie dans le cadre d’un échange Erasmus, avec la bourse Erasmus ou une bourse de mobilité régionale. Se renseigner auprès du service des Relations Internationales de l’établissement dans lequel on souhaite s’inscrire ou dans lequel on est inscrit.
Le gouvernement turc propose des bourses à des étudiants étrangers qui souhaitent faire un travail de recherche (à un niveau licence, Master ou Doctorat), individuel ou collectif, sur certains sujets liés à l’Histoire, à la politique, aux relations internationales de la Turquie. Voir l’appel d’offres en anglais sur le site du Conseil de l’enseignement supérieur : www.yok.gov.tr 
Les universités françaises peuvent également signer un accord de coopération dans le cadre du programme Mevlana dont les procédures sont similaires au programme Erasmus afin d’attribuer des ressources financières à leurs étudiants.
Certaines universités réduisent les frais d’inscription à partir de la deuxième année d’études en fonction du classement de l’étudiant l’année précédente.

Pour en savoir plus sur les ressources financières

– Conseil de l’enseignement supérieur : http://www.yok.gov.tr/web/guest/burslar
– Study in Turkey : http://www.studyinturkey.gov.tr
– Turkey Scholarships : https://www.turkiyeburslari.gov.tr/

– Présidence pour les Turcs à l’étranger et les communautés proches : https://www.ytb.gov.tr/